28 semaines plus tard de Juan Carlos Fresnadillo – « L’humanité gare à toi ! Ils reviennent »

Note de ce film : 7/10

          Danny Boyle nous revient (en tant que producteur cette fois-ci) avec la suite du fameux et sensationnelle « 28 jours plus tard avec ce revenant « 28 semaines plus tard ». Dans la même veine que le précédent, ce film apocalyptique reste une bonne suite. J’ai eu le plaisir de voir également des clins d’œil au précédent, notamment, avec la BO de John Murphy, inquiétante et parfaite.

Synopsis :

Critique :

     Ma foi, le premier était déjà apocalyptiquement merveilleux et angoissant, celui-ci nous replonge dans un univers où la mort règne, enfin que dis-je ? Où la mort est partie intégrante et mouvante, bien sûr… A la fois rapides et insatiables, les morts-vivants reviennent avec force dans cette ultime come-back, plus affamés que jamais de notre chère et tendre chair fraîche. Après avoir rétabli un semblant de vie derrière des murs, les zombies attaquent de nouveau l’humanité. Le père de deux enfants, dont l’un est immunisé contre ce virus mortel,  est à l’affût pour éviter toute chance aux hommes de reprendre du zèle. Le scénario est alléchant (Miam miam..) sur le papier et encore plus sur écran. Cette suite est aussi imprévisible, sensationnelle que le premier volet.

28 semaines plus tard : Photo Juan Carlos Fresnadillo

    Les plans sont justes, cadrent bien avec ce décor de fin du monde. La scène dans le noir est particulièrement bien réalisé, extrêmement prenante et angoissante. Le hic dans ce film est que le réalisateur ne donne pas une touche plus personnel, il est d’une certaine manière une pâle copie du premier. Mais bon, cela n’empêche pas de prendre plaisir à le visionner.
Plus que le sang qui dégouline, plus que la peur, c’est cette envie de sauter de mon canapé qui m’a plongé dans l’histoire et chez les zombies aussi réaliste que morts.

28 semaines plus tard : photo Juan Carlos Fresnadillo

      D’une part où la trame est bien rodée et où les scènes se plantent à merveille à chaque moment, ce sont les acteurs qui m’ont interpellés. Aussi bien que dans le premier volet, les acteurs nous guident bien dans ce bain de sang et de chair décapité et pourrie. Imogen Potts, qui joue Tammy, est très convaincante, touchante et sympathique. Tout comme Rose Byrne qui est toujours à son aise et merveilleuse. Je ne vais pas déblatérer pendant des heures sur les acteurs car ils sont convaincants mais ne m’ont pas véritablement retenu mon attention plus que ça, juste dans leur mort (pas sympas, je sais).

28 semaines plus tard : Photo Juan Carlos Fresnadillo

     Ajoutez une BO signé John Murphy est le tour est joué. La BO est présente une nouvelle fois et nous enchante bien évidemment. La musique a fait palpité mon cœur dans des lieux angoissants.

28 semaines plus tard réussi donc son pari  avec cette suite assez alléchante. Je commence à avoir faim (bizarre ? Pas sûr) donc je vais prendre un petit encas de chair humaine…

A plus pour de nouveaux billets…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s