Sunshine de Danny Boyle – « Un film de science-fiction étincelant »

Note du film : 9/10

Cela faisait un moment que je voulais voir ce film qui m’intéressait par son sujet et c’est chose faite, enfin ! Et je dois dire que je n’ai pas été déçue par ce qu’a fait Danny Boyle. C’est réellement le cas pour tous ces films, je ne m’en lasse pas car il réussit à transcrire toutes les émotions dans ce film avec une certaine beauté et un certain émerveillement.

(Attention Spoiler).

L’histoire :

Ce que j’en ai pensé :

C’est après avoir revu The Man From Earth tout à fait à l’opposé, que j’ai vu Sunshine, tous les deux étant magiques. Danny Boyle a relevé le défi de mettre un groupe d’astronautes, qui sont chacun approfondis, sans que tout cela ne tombe dans un ennui étouffant avec des longueurs. Au contraire, le film dispose d’un rythme assez soutenu avec des scènes d’émerveillement très appréciable et d’autres plus rythmés avec des scènes plus angoissantes. L’idée de placer tout un groupe dans un vaisseau, nommé Icarus II, et de partir déposer une bombe à la surface du soleil est incroyable et très original. On est déjà pris dans l’engrenage avec cette histoire de science-fiction. Et tout ce qui entoure le film est magistralement bien réalisé et mis en scène. Tout est bien cadré, les personnages sont intéressants et émouvants avec leur propre personnalité et leur rôle au sein du vaisseau avec évidemment leur part d’humanité car ils sont là bien évidemment pour sauver toute l’humanité de la catastrophe solaire.

Comme je disais, le scénario est très bien écrit et manié de manière intelligente sans tomber dans le mélodrame, c’est fait avec finesse et le sens du sacrifice est bien pris en compte, tout comme la solitude, la perte d’un collègue, la culpabilité et bien d’autres sentiments qui sont parfaitement insérés. C’est tout une ambiance qu’a retranscrit Danny Boyle et ça rend incroyablement bien sur les écrans. J’ai réellement été happé par ces images puissantes du soleil et les scènes qui accompagnent les personnages jusqu’à la fin. Tout est très recherché, de l’ambiance, la musique, les effets spéciaux jusqu’aux jeux de lumières qui créent des scènes sublimes. Et ces scènes sublimes sont pondues durant tout le film, jusqu’à la dernière minute. En effet, la dernière scène est incroyable. Capa doit préparer la bombe pour la lancer à la surface du soleil, c’est un émerveillement, une contemplation si puissante que j’en ai frissoné. Et cette scène avec la bande-son rend surnaturel ce moment.

Sunshine : photo Danny Boyle

Il y a aussi une scène plus tôt dans le film qui est révélatrice du potentiel de Sunshine, c’est la scène où Kaneda se retrouve sur le bouclier du vaisseau pour réparer les panneaux solaires. Il sent sa fin proche et c’est avec une intensité incroyable et une sensibilité qu’il fait face au soleil. Cette scène est très puissante et nous plonge dans une ambiance admirablement maitrisé.

Malheureusement, il y a un bémol et c’est, on va dire, la deuxième partie avec l’astronaute d’Icarus I (je ne me souviens plus du nom, mince !) dont les scènes sont un peu étranges. Je n’ai pas saisis ce que faisait Boyle, c’était plutôt énervant, même si cette partie monte en intensité et introduit quelques scènes assez angoissantes comme sait le faire à merveille, le réalisateur. Tout reste, tout de même, très poétique et parfaitement cohérent.

Sunshine : photo Danny Boyle

Mais, faut le dire, l’atout essentiel de Sunshine réside dans ces acteurs qui sont tous très convaincants, aucun n’est à la ramasse. Ils s’en sortent à merveille, notamment, Cillian Murphy qui, à chaque fois, est incroyable. C’est vraiment un acteur à suivre, il s’implique dans chacun de ses rôles et spécialement celui-ci où il offre une scène sublime. Il est véritablement bourré de talent. Je pense également à Chris Evans, Rose Byrne et les autres qui montrent tout leur talent et leurs émotions, ils sont plus que convaincants.

IL ne faut pas oublier une partie importante du film, c’est-à-dire, la bande son de John Murphy que je connaissais déjà, bien avant et qui est encore plus somptueuse et puissante quand on voit le film. John Murphy a véritablement compris le rôle de la musique tant pour émouvoir, que pour nous faire frissonner jusqu’au bout. Pour cela, je vous laisse en compagnie de la mélodie, Sunshine (Adagio in D Minor).

Bref, Sunshine est un film somptueux et incroyablement mis en scène par Danny Boyle même si les scènes avec l’astronaute d’Icarus I m’a déplu. Je n’ai pas été déçue par cette vision assez originale ajouté des images sublimes et poétiques et des acteurs qui donnent tous ce qu’ils on dans le ventre, le tour est joué. Et ça marche !

A plus, pour de nouvelles critiques….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s