The Bridge, les suicidés du Golden Gate Bridge de Eric Steele

Note : 9/10

C’est par hasard que j’ai découvert ce documentaire incroyable qui traite d’un sujet tabou dans la société mais qui extrêmement touchant, émouvant et intéressant. Quand je dis intéressant, ce n’est pas en mauvais que j’en parle car c’est documentaire qui nous montre la fin tragique des personnes qui se suicident ou le doute qui s’installe dans cet acte. Il est bien mené par le réalisateur car il reste très objectif sans remettre en cause le choix de ces personnes, il nous permet d’entrevoir ce que ces victimes vivent, ce qu’ils ressentent et leur mal-être. le film a été très critiqués pour son sujet très controversé, il a été fortement censuré aux USA et on ne peut se le procurer qu’en important le DVD des États-Unis. enfin de compte, c’est un film qui bouleverse et qui mérite largement d’être connu même si c’est un sujet assez difficile et qui nous attriste véritablement. A éviter pour les personnes très sensibles…

L’histoire :

Ce que j’en ai pensé :

C’est vraiment très courageux de la part du réalisateur de faire un documentaire en sachant pertinemment que les avis vont être tranchés et que le film n’aura pas un succès foudroyant. Mais c’est un comble que ce genre de film aussi saisissant, prenant et incroyable n’est même pas connu et censuré que ce soit en France et aux États-Unis. Je le reconnais bien volontiers, c’est un film dérangeant, gênant et extrêmement triste qui nous remue des jours après. Cependant, il mériterait d’être reconnu à sa juste valeur. En effet, le réalisateur prend le soin de ne prendre parti à aucun moment et juste d’exposer les faits et les opinions des proches des victimes ou des passants qui ont l’horreur de voir cela devant leurs yeux. Je ne doute pas que cela soit traumatisant alors que nous le voyons derrière un écran ce qui est déjà difficile à supporter. Mais il faut bien le reconnaitre, le film comme pour certain est un ovni du cinéma, très déprimant je vous l’accorde mais toutefois, il évoque un sujet tabou qui est très peu évoqué et qui est très intéressant car c’est un fait pour de nombreuses personnes dans le monde qui côtoient le suicide.  J’étais complétement bouleversé après l’avoir vu et bien même moi je me suis demandé mais que fait le réalisateur ? Pourquoi il ne les aide pas ? C’est horrible de filmer la fin de victimes dans ce genre de situation. C’est très difficile de voir ces personnes hésiter pour enfin passer la rambarde et sauter ce qui est véritablement émouvant, gênant et troublant.

Seulement, il faut bien comprendre et c’est ce que l’on voit durant tout le film, certaines personnes ne peuvent être aider et pour eux, ce choix est une évidence car ils vivent à longueur de journée dans un mal-être incompréhensible pour n’importe qui. Je ne cautionne absolument pas cet acte et ce choix mais il faut se priver de juger ces victimes et c’est ce que fait le réalisateur jusqu’à la fin, il ne donne aucun jugement et n’émet aucune solution, il ne fait que capturer le moment présent en rendant d’une certaine manière hommage à ces victimes avec tous les témoignages qu’il a pu collecter.

Et si le documentaire est si saisissant et prenant, c’est du au fait que les images utilisés sont authentique et vraie et c’en est d’autant plus accablant. De nombreux films traitent de ce sujet particulier et ils sont très bien réalisés et démoralisants. Toutefois, The Bridge dispose d’un réalisme sans pareille et dont le constat est terrible. Pendant un an, le réalisateur a capter des images de ce pont, tant les tentatives de suicides que les suicides et on constate qu’une personne toutes les deux semaines passent à l’acte. Je comprends tout à fait les critiques qui émettent le fait que le réalisateur soit rester passif face à une situation aussi affreuse. Je l’ai pensé un court moment mais avec ces images ils essaient de montrer cet acte tabou et de faire réfléchir et aucun d’expliquer ce passage à l’acte. Il le précise dans le film, ces personnes sont dans un tel état qu’on ne peut comprendre ou expliquer leurs choix. Et c’est encore plus difficile à comprendre ou à s’en faire une idée précise que ces victimes n’en voient pas la même idée que la nôtre à ce sujet, c’est plus un acte réfléchi et posé. Je pense ici à une des victimes représenté dans le film du non de Gene Sprague qui a l’air d’être un homme tout à fait heureux en surface et drôle. Mais au vu des témoignages, on sent un mal être profond qui était à l’intérieur de Sprague, il pensait selon les dires qu’il ne sentait absolument pas à sa place sur cette terre. On revient beaucoup sur lui, c’est le personnage central de ce sujet et c’est accablant moralement de se dire que ces personnes représentées dans ce documentaire ne souffrent pas forcément de la vie en elle-même et des difficultés qu’elles imposent, au contraire, il souffrent seulement de vivre. Et c’est ce qui fait la particularité de ce genre de documentaire, de montrer ces êtres qui ont tout pour être heureux mais qui ne le sont mais également de présenter notre incompréhension face à ce terrible sujet.

C’est très démoralisant de visionner ce genre de sujet qui traite parfaitement du mal qui ronge ces êtres et de ce sujet aussi affreux qu’il soit. C’est en tout cas un documentaire qui m’a frappé et qui m’a véritablement bouleversé.

J’ai été également très surprise par les réactions des divers passants du pont. Je me souviens notamment d’une femme qui venait tout juste de voir, de son rétroviseur, une personne passer à travers la rambarde et sauter du pont et qui alerte le garde côte. Elle lui demande si ce genre de chose arrivait souvent sur le pont, le garde côte lui répond positivement avec tristesse.

Enfin de compte, ce documentaire est moralement pénible car il traite d’un sujet tabou, très émouvant et difficile à comprendre. Seulement, il mérite d’être vu et de s’y intéresser un peu plus longuement. C’est un billet un peu exceptionnel mais dont le sujet mérite d’être raconter. Peut-être que beaucoup vont passer ce billet mais j’espère que vous allez le partager car cela permettrait de se finir une idée aussi petite soit elle sur le suicide dont nombreux font face. Donc, c’est avec peine que je vous laisse avec ce thème singulier.

Publicités

2 réflexions sur “The Bridge, les suicidés du Golden Gate Bridge de Eric Steele

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s