Like Crazy de Drake Doremus par Cineemotionart

Note de ce film : 10/10

Retour aujourd’hui sur un film qui m’avait complétement ému, Like Crazy. Sorti en 2011, il est passé complétement à la trappe lors de sa sortie. Cette romance est une pure merveille et touche sensiblement. Pour celui-ci, il n’y a aucune facilité, l’écriture scénaristique est juste, vrai et simple tout comme sa mise en scène. Elle dépeint les difficultés d’une relation longue distance nuisant au couple. Pour un film romantique, Like Crazy est tendre, réaliste, poétique et d’une beauté absolue.

Je ne peux pas dire que je ne suis pas friande de films romantiques au contraire, je suis une grande romantique. Mais tous les films de romance ne me marquent pas forcément par leur réalisme. Je les regarde sans trop m’y attacher, seulement quand je suis dans une période où je me sens d’humeur sensible et sentimentale (vous aussi vous avez déjà été dans cette position, hein?). Et bien évidemment, tous ne brillent pas par leur ingéniosité. Ils tombent parfois (presque toujours) dans une miévrerie et une niaisierie indigeste. Les personnages sont tous très beaux, amoureux et rien ne peut les empêcher d’être ensemble. Ici, c’est tout le contraire qui se produit et qui est mis en scène.

Tout d’abord, cinématographiquement, Like Crazy est sublime. Et tous les films devraient prendre exemple sur celui-ci. Que ce soit visuellement, musicalement et scénaristiquement, il reflète toutes les qualités d’un excellent film pour moi. Il m’a véritablement ému et marqué par le traitement de son sujet : une relation qui rencontre des difficultés et encore plus quand l’un s’éloigne géographiquement à des milliers de kilomètres. Le traitement de Drake Doremus est à la fois sensible, doux et touchant et ceci jusqu’à la dernière minute. Et ce n’est pas aisé de le faire quand on réalise un film traitant la romance. On peut vite tomber dans les nombreux travers que j’ai déjà exposé.

Like Crazy est fait de manière subtil à l’aide des silences et des non-dits qui s’installent. Et pour le coup, c’est très réaliste et une simplicité régne tout au long du film. En faire trop aurait été une erreur et aurait gâché m’ambiance du film.

Les dialogues eux-mêmes sont très vrais, il bouleversent et apportent une émotion supplémentaire dans certaines scènes où les non-dits et les silences s’ajoutent. De nombreuses scènes sont filmées de cette manière. Elle prouvent à chaque fois la difficulté de l’éloignement, la dépendance vis-à-vis de l’autre, la fragilité, la tristesse et les remords qui peuvent se dégager de chacun.

Et pour traiter encore mieux le sujet, Drake Doremus ne s’est pas arrêté sur l’idée d’un amour éternel et idéal. Non, au contraire, il place avant tout les effets du temps de l’éloignement sur le couples et les sentiments de chacun. Il démontre que les sentiments de chacun peuvent être éphèmère et le prouve dans sa dernière séquence. En effet, la passion a évolué et n’est plus aussi présente. Je trouve cette manière de traiter ce sujet très déprimante mais réaliste.

La réussite du film est certes due à son scénario mais son traitement poétique, mélancolique et sa beauté visuelle m’ont scotché.

Et cette réussite est également liée à la performance des acteurs principaux qui sont aboslument brillants dans leurs rôles respectifs. Que ce soit Anton Yelchin ou Felicity Jones, les deux s’en sortent à merveille. Leur prestance est d’une justesse exceptionnelle. Tous les jeux de regards, de silence, de non-dits amplifient leur alchimie. Je me suis attaché très rapidement aux deux protagonistes. De plus, il est très facile de se projeter à leur place car chacun a déjà vécu une histoire difficile où la passion s’estompe peu à peu et où les deux êtres n’arrivent pas à se retrouver. Ici, on partage leurs pleurs, leurs joies, leurs peines, leur fragilité et leurs dépendances. Deux performances qui méritent amplement d’être souligné.

Il ne faut pas oublier la bande sonore bouleversante. Elle est exceptionnelle, aérienne, obsédante et puissante. Une bande sonore qui sied parfaitement le film.

En bref, il faut se laisser guider par ce film qui nous embarque dans une histoire où la simplicité et la sensibilité règnent. C’est véritablement un film inoubliable que je recommande chaudement. Surtout, ne passez pas à côté !

A plus pour de nouveaux billets…

Publicités

Une réflexion sur “Like Crazy de Drake Doremus par Cineemotionart

  1. Pingback: Lovie, Rosie de Christian Ditter | Toute l'émotion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s