The Raid 2 de Gareth Evans (2014)

Rama est de retour pour un second volet qui risque de faire très mal. Et comme le 1er volet, The Raid 2 laisse le spectateur en apnée pendant plus de 2 heures. Un second volet qui tient ses promesses et qui va même plus loin. Bien évidemment, Gareth Evans ne laisse aucun répit à ses protagonistes les faisant virevolter comme une danseuse ballet, les mettant à mal par des coups impactants et percutants. Une réussite et une véritable prouesse qui réjouira même les plus sensibles.

Suite à un excellent volet, The Raid 2 ou Berandal reprend quasiment là où le premier opus s’était arrêter. Avec la même équipe de choc au compteur, Gareth Evans offre de nouveau aux spectateurs un film à la hauteur de ses ambitions. Plus étoffé, plus violent, brutal, le film signe encore un renouveau pour ce genre. Durant près de 2h30, on est balancé dans un univers bien à part. Certains déplorent des lacunes, des longueurs qui entraveraient le rythme du film. Les différences de rythme installent au contraire un certain développement et une profondeur nécessaire à l’intrigue, aux personnages et à leurs imbrications.

Partagé entre un film de gangsters et un film d’action pur et dur, The Raid 2 laisse la part belle à un scénario et une intrigue travaillée et efficace. Sans être véritablement original, Gareth Evans reprend le fond et la forme de son premier volet tout en l’améliorant, si tant est que cela soit possible. Les scènes d’action alternent avec des moments de dialogues, de calme donnant à l’ensemble une harmonie appréciable, qui ne perd jamais sa mission première.

Gareth Evans en met plein la vue une nouvelle fois grâce à une réalisation plus soignée avec un aspect plus violent et brutal. La réalisation en devient plus imposante et maîtrisée. Chaque scène offre au spectateur une montée en violence, en brutalité rare à voir. Mais ce n’est pas tout, Gareth Evans réalise une prouesse, celle de rendre culte certains passages, scènes, combats totalement immersives et entraînantes. Le montage, le découpage montrent l’aboutissement excellent et surprenant de l’œuvre. Les plans-séquences que nous propose Gareth Evans sont vertigineux et presque irréels, tellement tout y est travaillé.

 

Ajouté des décors habilement utilisés, des espaces, tantôt exigus et sombres, tantôt vastes et lumineux, se transformant au gré de l’intrigue, vous obtenez une production jouissive. C’est là tout le talent de Gareth Evans qui sait comment manier la caméra pour rendre les scènes plus puissantes mais aussi lisibles. Sans oublier la photographie qui, quant à elle, allie un aspect contemplatif et qui est intégré pour mieux servir le propos.

The Raid 2 est reconnaissable notamment grâce à l’art martial indonésien, le pencak silat, qui impose de nouveau comme un art à part entière. Iko Uwais, dont il est le chorégraphe en tête, reprend son rôle de manière convaincante et possède une aura assez captivante. Yayan Ruhian, qui jouait déjà dans le premier, revient également dans un autre rôle pour nous en mettre également plein les mirettes, une nouvelle fois avec une des scènes les plus esthétiques et prenantes du film, selon moi.

The Raid 2 s’impose parmi tous les films d’action et devient le meilleur film de sa génération. En jouant sur l’excès de violence, de brutalité, Gareth Evans signe une suite digne du premier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s