Greta Van Fleet : From The Fire

Nous sommes en 2018 et, au lieu d’accueillir la nouvelle vague de groupe rock avec enthousiasme, la critique semble transformer le débat rock en un grand tribunal. Plaçant l’originalité au sommet de ses valeurs, ce tribunal condamne à la fois d’un riff un peu trop proche d’un autre, d’une mélodie un peu inspiré par un groupe de plus de dix ans, de quelques accords franchement bluesy.

Dans ce monde là, la critique rock s’apparente à une plaidoirie, et la promotion à un combat sans pitié. Permettez moi donc de prendre la place de l’avocat d’un des cas les plus illustres que cette court ait eu à convoquer.

Récapitulons donc les faits : Formé en 2013, Greta Van Fleet s’est fait remarquer en 2017 avec ce « From the fire ». Lorsque le disque fut écouté la première fois par les amateurs de cultures rock, les plaintes ne tardèrent pas à arriver dans ce cher tribunal.

Cette batterie lourde, plantant les décors d’un blues surpuissant, ce chant sauvage, porté par une voie suraigüe, presque constamment poussé à son summum, et soulignant la virtuosité d’une guitare alternant mélodie et violence, ombre et lumière… Mais nous sommes face à des compositions pompées sur Led Zeppelin.

Le lecteur notera que, quant je dis « pompées », ce n’est bien sûr que pour rendre compte de l’exagération de l’accusation. Car accusé Greta Van Fleet de plagiat, c’est oublier un peu vite que Led Zeppelin a, lui aussi , largement pioché dans le répertoire blues, folk, et même chez ses contemporains pour écrire sa légende.

Oui, « Highway Tune » à un riff largement inspiré de celui de « Trampled Underfoot » , titre que Led Zeppelin a publié sur le grandiose « Physicall Grafitti », mais ce même titre était largement influencé par le titre « Stargazer » du groupe Tempest.

J’en entend déjà qui s’effraie et on l’air de découvrir la poudre. Et bien oui messieurs, le rock c’est toujours nourrit de ses propres productions, et un groupe est forcément influencé par ce patrimoine, qu’il soit ancien ou non. Un bon riff ne vieillit pas, il se réinvente, et à ce titre « Highway Tune » est une réussite absolue.

Le pire dans cela, c’est que votre simplicité vous permet de passer à coté de ce qui, justement fait l’originalité de cette galette. Vous avez reconnue Led Zeppelin, cela vous permet de crier au génie, ou d’envoyer au bucher sans autre forme de procès.

Vous passerez donc à coté de ces cœurs, sorte de versions modernes de la touche gospel des Black Crowes, quant ils ne donnent pas aux titres un coté pop réconfortant. Et puis surtout, c’est nier au groupe cette science du riff accrocheur, qui brille sur les titres les plus rythmiques.

Là où, en revanche, vous auriez raison, c’est en modérant mes propos. Il manque encore un petit quelque chose pour que l’album atteigne le niveau de grandeur que nous ont déjà montré les Rivals Sons, Blackberry Smoke, ou Kadavar, des groupes qui ont tous sorties des disques gravés dans l’histoire.

« From the fire » est toutefois une célébration rock comme on en entend plus si souvent. Et tout son contenu annonce de grande chose pour l’avenir du groupe. Cela tombe bien, son successeur est sorti, et vous pouvez être sur que vous me retrouver devant ce même tribunal pour le défendre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s