The Kinks : Kinks

Résultat de recherche d'images pour "The Kinks Kinks"

En ce début de sixties, la pop anglaise n’en est qu’à ses balbutiements. Planant au-dessus de la mêlée des premiers rockers anglais, les Beatles ont vite quitté les rives du rythm’n’blues repris à la sauce british, pour écrire leurs propres répertoires. Sortie en 1963, « With the beatles » est déjà composé en grande partie de titres originaux. Suivie par une nuée de fans hystériques, dont les cris libidineux rendent leur musique inaudible en concert, le groupe entraine dans son sillage une nuée de rockers attiré par ces promesses de gloire. Ayant refusé les Beatles, Andrew Loog Oldman prend sa revanche en signant les jeunes Rolling Stones, et leur crée une image capable de séduire une jeunesse en pleine émancipation.

Les Beatles ont déclenché un tel raz-de-marée que de nombreux labels sont à la recherche de « leur » groupe, la british invasion est en marche, symbolisée par l’arrivée du gang de Paul Mccartney en Amérique en 1964. C’est cette année-là qu’après plusieurs concerts discrets, où il joue aux côtés de Stones en pleine ascension, les Kinks signent un contrat avec Pye Record. A l’époque, le groupe joue une musique qui amène beaucoup d’observateur à le considérer comme « un vulgaire groupe de skiffle », cette sorte de rockabilly anglais que jouaient les Beatles dans les bars de Liverpool. Mais, entre deux standards rythm’n’blues chantés avec l’accent cockney, le groupe développe une version embryonnaire de « You really got me », la première composition des frères Davis.

En parallèle, il sort un premier single, qui n’est qu’une reprise de « long tall sally » de Little Richard. Le bide est à la hauteur du manque de cran dont à fait preuve le groupe et , lorsque le plus pop « you still want me » récolte le même succès , le label menace déjà de renvoyer ces jeunes musiciens dans leurs quartiers populaires. Par chance, « you really got me » va rapidement obtenir les faveurs des charts , et lancer la carrière de ceux qui s’imposent rapidement comme un symbole de la pop anglaise.

Galvanisés par ce succès, les Kinks enregistrent leur premier album, majoritairement composé de reprises. Ce choix pourrait faire dire à certains que les Kinks ne sont qu’un groupe à single, c’est vite oublié que nous sommes en 1964, que les Who n’ont pas encore enregistré leur premier disque, et que les Stones se contentent encore de réciter le répertoire blues. Les Beatles sont donc largement au-dessus de la mêlée, et restent le seul groupe capable de sortir des tubes à la chaine. De même, la bataille entre les groupes se jouera encore au niveau des singles, et les albums ne sont pas encore au niveau des monuments conceptuels qui verront le jour par la suite.

Dans ce cadre, les Kinks ont révolutionné la pop grâce aux petites minutes de « You really got me », qui suffit déjà à faire de ce disque un indispensable de toutes discothèques rocks respectables. Ce titre n’est pas seulement le cri primaire qui trouvera un écho dans le hard rock, mais c’est l’hymne annonciateur de toute la sauvagerie à venir, qu’elle vienne des Stooges ou de Steppenwolf.

Ce premier disque est surtout un manifeste du minimalisme des Kinks, qui saura garder une certaine énergie primaire tout au long de sa carrière. La batterie, peu démonstrative, se contente de marteler un rythme saccadé, alors que la guitare imprime ses riffs rugueux.

Alors, bien sûr, si vous oubliez cette façon de célébrer le rock avec une urgence juvénile irrésistible, alors ce premier disque n’est qu’une succession de classique du rythm’n’blues raccommodé à la sauce british. Mais ce serait un peu vite oublier que, quant le besoin de revenir à des choses basiques se fera sentir, quelques années plus tard, Dr feelgood ne fera rien d’autre que ressusciter cette formule basique, qui à fait le rock’n’roll, et auquel les Kinks se contentent pour l’instant d’ajouter une bonne dose d’énergie.

Bref, ce disque est au rock anglais ce que le premier album d’Elvis Presley est au rock américain, un témoins passionnant de l’émergence d’une nouvelle ère.


3 réflexions sur “The Kinks : Kinks

Répondre à princecranoir Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s