The Kinks : Face To Face

Résultat de recherche d'images pour "face to face kinks"

Après le succès de « You really got me », les Kinks sont rapidement entrés dans le panthéon de la pop anglaise. Creusant le sillon du rythm’n’blues speedé sur leurs trois premiers albums, ils sont vite devenus les coqueluches du swinging london et, quand les Who sortent « My generation », Ray Davis ne peut s’empêcher de le considérer comme un plagiat du tube des Kinks. Pete Townshend ne tardera pas à avouer qu’il voulait produire un titre « dans l’esprit des Kinks », ce qui montre le statut acquis par ceux qui commencent rapidement à dynamiter ce succès.

Il faut dire que, face à un public particulièrement infidèle, et cernés par une concurrence féroce, les groupes sont contraints de tourner à un rythme effréné. Il faut rester dans la mémoire courte d’un public avide de nouveautés, mais les Kinks montrent vite leur inconscience, annulant des concerts pour des motifs parfois futiles. Comme ce jour, où le groupe arrive largement en retard à un concert, pour ne jouer qu’une dizaine de minutes, préférant mettre en péril sa carrière pour visionner le match de foot opposant l’Angleterre à l’Allemagne. Sous la pression de son management, les Kinks achèvent tout de même « Face to face » qui marque un virage artistique important.

Il faut dire que les choses ont bien changé en seulement deux ans. Dans les traces des Beatles, tous les groupes se sont mis à composer leurs propres titres, et à ce jeu les deux groupes ont renforcé leur suprématie. D’un coté, le duo Jagger/Richard est née, et partage le sommet des charts avec les indépassables Lennon/Mccartney. Pourtant, les Beatles étaient déjà ailleurs, et quittaient le format single dès la sortie de « Rubber soul », album où le placement des titres est soigneusement choisi pour constituer une œuvre destinée à marquer la culture occidentale. Ils faisaient ainsi passer le rock dans son « age adutle », remplaçant le culte de l’éphémère par une célébration de l’originalité anglaise, comme si cette musique était devenue une magnifique œuvre qu’il fallait faire avancer à chaque album.

Les Stones répondront avec « Aftermath », où le duo Jagger/Richard prend définitivement le contrôle, au détriment d’un Brian Jones qui commence son irrémédiable déchéance. Dans ce contexte, « Face to face » creuse le sillon d’une pop plus fouillé, sans perdre totalement la gaieté énergique qui a fait le succès des disques précédents. Revolver est sorti quelques semaines plus tôt et, pour lui faire concurrence, les Kinks voulaient relier les titres de leur album grâce à quelques bruitages pops. Les studios modernes rendaient cette idée possible, mais les Kinks ne sont pas les Beatles, et l’idée est vite abandonnée. Il en reste néanmoins quelques traces, comme cette sonnerie de téléphone sur « Party line », et quelques petites excentricités sonores sur « Rainy day in june » et « Holiday in waikiki ».

Les Kinks ont surtout abandonné les rives du rythm’n’blues bourru, pour une pop mélodique et hédoniste. Si la pochette fut imposée par la maison de disques, alors que le groupe aurait préféré une simple photo en noir et blanc, on ne peut que donner raison à l’autoritarisme du label. Très colorée, elle encre l’oeuvre en tête de file d’une série de chefs-d’œuvre mélodiques, tel que « Odeyssey and oracle » des zombies, le premier disque de « The move » , ou « Ogdens’ Nut Gone Flake » des Small faces.

Placé en fin d’album, « Sunny afternoon » avait déjà séduit les charts lors de sa sortie en 45 tours, et représentait bien un disque mélangeant mélancolie, légèreté et entrain, dans une formule qui fit la grandeur de la pop anglaise des années 60. Ce disque aurait dû obtenir un succès monstrueux, tant il est le plus proche de la beauté flamboyante de « Revolver » des Beatles, en 1966 les Kinks étaient sans doute le plus grand danger pour le groupe de Paul Mccartney.

Mais Vogue, qui est chargé de la distribution de l’album, considère encore la formation comme un groupe à single. Peu motivé par cette appréciation, il se permet de sortir différentes versions du disque, inversant l’ordre des morceaux sur les pressages de certains pays. Il est remarquable de constater que, malgré cette erreur, les observateurs saluent la cohérence de l’album, montrant ainsi la solidité des compositions des frères Davis. Cette faute aurait peut-être pu passer, si le label n’avait pas aussi proposé plusieurs pochettes, certains pays ayant droit à une photo vieille de deux ans pour illustrer le LP.

Parallèlement, leur label sort des compilations majoritairement composées d’anciens succès, comme si le passage des Kinks à une musique plus travaillée devait s’accompagner d’un déclin commercial. Rétrospectivement, on peut affirmer que ces contretemps ont contribué à faire des Kinks un éternel second couteau du rock anglais, derrière les Beatles, les Stones , et les Who qu’ils ont pourtant influencés.

Les singles des Kinks continuaient à atteindre le sommet des classements, mais le groupe ne réussissait pas à imposer ses disques, comme si le public souhaitait aussi les cantonner à ce rôle de groupe à single.

Ensuite, les disques plus complexes des Kinks tueront leurs succès en partant dans des concepts alambiqués. Faisant de « Face to face » un des derniers témoins de leurs âges d’or commercial, alors que les choses sérieuses ne faisaient que commencer.

Publicités

6 réflexions sur “The Kinks : Face To Face

  1. Le plus grand danger face au groupe de McCartney, sans doute car les Davis Brothers sont carrément bons. Mais n’y a-t-il pas aussi une petite musique de surfers qui vient de la lointaine Californie marcher sur le vert gazon des Kinks et des 4 garçons dans le vent ?
    Sunny afternoon, La bande son idéale en ce moment, bien vu ! 👍

    J'aime

      1. Pas faux. Disons que la compil a au moins le mérite d’avoir une vue d’ensemble.
        Par ailleurs, aucun titre de Village Green ne figure dessus, ce qui montre le caractère atypique de cet album, et son infissibilité.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s