Poèmes de l’Himalaya de Ko Un (2015)

Pour tout vous dire, je ne suis pas friande de poésie, non pas que je n’aime pas le genre, au contraire. C’est un genre plein de variétés et aux proses sublimes. Bien sûr, il faut y voir derrière les mots, les phrases, les sentiments, les souffrances ou les joies qui s’y cachent. Donc, quelle belle découverte qu’est ce recueil de poèmes écrit par Ko Un, que me propose Babelio grâce à l’opération Masse Critique. Je vous explique tout plus bas…

15179091334981656794260.jpg

Résumé : Aucun oiseau ne s’envole au hasard. Bien qu’il vole dans le ciel où rien ne pourrait s’accrocher à ses ailes, il existe sans conteste une route que suit l’oiseau dans le ciel infini. Même dans les plus profondes montagnes sous le ciel les oiseaux ont leurs chemins d’oiseaux et les animaux de toutes sortes ont chacun leurs propres passages secrets. Sans doute avons-nous dû apprendre des créatures vivantes de la nature. Depuis la nuit des temps, les hommes en sont venus eux aussi à trouver leur propre chemin. Peut-être suis-je parti moi aussi parce qu’il existait un tel chemin. Le chemin était sans fin vers l’endroit où souffle un éternel vent d’ouest, même hier, même aujourd’hui. KO Un

De son séjour en Himalaya, Ko Un a tiré des poèmes d’une beauté sincère et touchante. Paysages du Tibet, rencontres au détour d’un chemin, difficulté du voyage à des hauteurs où l’oxygène vient à manquer, loin des clichés du mysticisme, le poète porte un regard plein de lucidité sur la réalité de la terre qui l’accueille et invite le lecteur à le suivre sur les chemins du toit du monde.

Ko Un, né en 1933, est actuellement l’un des poètes les plus célèbres de Corée du Sud. De son œuvre monumentale (près de 150 volumes de poésie, essais, prose, récits…) on peut lire en français les recueils de poésie Qu’est-ce ? Poèmes zen (Maisonneuve & Larose), Sous un poirier Sauvage (Circé), Dix mille vies (Belin) et Chuchotements (Belin).

Bien sûr, comme vous l’aurez compris, je ne connaissais aucunement ce poète coréen. Né en 1933, Ko Un est l’un des poètes les plus célèbres de son pays. Son oeuvre monumentale prouve tout son talent et il fut même pressenti pour le prix Nobel de littérature. Avec près de 150 volumes de poésie, de prose, de récits, Ko Un est également connu pour son combat pour la démocratisation de la Corée du sud. Ses oeuvres parlent d’elle-même, racontant autant le désespoir, la solitude, la violence de ce qui l’entoure mais également la beauté des paysages qu’il nous fait découvrir. On s’en aperçoit notamment dans ce recueil de poèmes. On est émerveillé par les paysages sublimes contés par le poète et que l’on suit avec plaisir. Il retranscrit avec élévation et délicatesse des rencontres qui subliment ses mots et qui dépeignent le passé et le présent des lieux qu’ils visitent.

Il nous plonge dans les périples qu’ils affrontent tout au long de son chemin et de son voyage. Ce regard original sur son expérience, sur les lieux qu’il arpente et sur ce qu’il recherche : l’élévation, l’illumination ? La dure réalité de l’environnement est si bien dépeinte qu’on sent au travers des mots, de ses proses, la rudesse, l’inhospitalité, l’hostilité qui change son regard et son état d’esprit. Effectivement durant ce périple, le poète s’est trouvé confronté aux éléments, à la solitude et s’est donc trouvé dans un état particulier. Il n’a pas su trouver sa place et fut piégé entre nostalgie et l’inconfort de son être. Entre les méandres de la haute montagne, on y ressent parfaitement son ressenti, le monde, la violence de cet environnement, la peur, la maladie, le vide, l’épuisement, la solitude qui rend le récit d’autant plus foudroyant, poignant et sauvage.

Si la lecture des poèmes est extrêmement agréable, on ne saura être indifférent à l’expérience du poète. La version originale de l’oeuvre aurait apporté sans aucun doute une tout autre lecture avec d’autres résonances. Un regret néanmoins est de ne pas connaître le coréen pour apprécier pleinement ce recueil.

En bref, Poèmes de l’Himalaya de Ko Un est un voyage au travers d’une expérience touchante, empreinte de beauté et dont le poète sait poser un regard plein de vérité bien que le voyage fut rude. Un chemin à prendre et à suivre avec un poète qui a su trouver les mots justes.    

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s